Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

a:1:{s:2:"fr";s:60:"Pollen : un ami de la nature (mais est-ce aussi le vôtre ?)";}

Il y a plus d'un anpar Nadia Daouas

Si ce n’est pas votre cas (veinard(e)s !), vous connaissez forcément une personne proche de vous qui souffre de « rhume des foins Â» puisqu’un individu sur cinq en serait affecté. Mais que désigne exactement cette dénomination aux accents champêtres ?

Il s’agit d’une affection de la cavité nasale ; une rhinite allergique provoquée par des particules de pollens pouvant provenir d’arbres (bouleau, noisetier…), de graminées (foin, plantain…) ou d’herbes (orties, armoise…). Les symptômes sont nombreux : nez bouché, yeux irrités et gonflés, éternuements très fréquents et en salve, gorge irritée, maux de tête, fatigue et parfois démangeaisons cutanées. Dans les cas les plus graves, des difficultés respiratoires et des crises d’asthme peuvent survenir. Autant vous dire que le printemps n’est pas franchement synonyme de gazouillis, de champs de fleurs et de promenades à l’air libre pour tout le monde.

 

C’est donc, pour les personnes concernées, une période qu’il faut traverser armé de ses gouttes pour les yeux, de son spray pour la gorge, de ses antihistaminiques, d’un stock de mouchoirs en papier et d’une bonne dose de courage pour affronter les journées ensoleillées parsemées de pollens. 

 

Le seul répit est celui apporté par les jours de pluie qui balaient sur leurs passages ces particules vitales pour la nature mais intolérables pour l’organisme de personnes toujours plus nombreuses.

 

Il existe une solution assez radicale mais qui ne fonctionne malheureusement pas toujours et qui demande une certaine discipline : il s’agit de la désensibilisation, sous forme d’injections ou de gouttes administrées sous la langue. Elle permet en général une diminution des symptômes et améliore ainsi la qualité de vie du patient durant les périodes de l’année traversées par les nuées de pollens.

 

 

 

 

Horizon-Durable – Nadia Daouas