Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

L’iPhone et l’écologie

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

Alors qu’il a séduit pas moins de 47 millions d’utilisateurs, l’iPhone est certes classe et technologique, mais est-il écologique ? Voici donc un article qui rend compte de son impact environnemental.




La première étape est évidemment celle de la fabrication : victime de la mondialisation, l’iPhone est fabriqué d’après un assemblage de nombreux composants qui viennent des quatre coins du monde. La consommation faite par les transports n’est donc pas ce qu’il pourrait y avoir de plus optimal. C’est ainsi que les puces wifi, le contrôleur d’écran tactile, l’écouteur/haut-parleur et encore d’autres composants viennent des Etats-Unis. Tandis que l’accéléromètre, le bloc d’alimentation etc viennent d’Italie, de France et d’Allemagne. La boussole, quant à elle, vient du Japon. Et c’est la Corée du Sud qui fournit l’écran à cristaux liquides, la carte mémoire flash et quelques autres composants. Pour finir, tous ces composants sont acheminés en Chine, à Shenzhen, où le tout est assemblé.


Si l’on se penche maintenant sur le transport de l’objet en lui-même jusqu’aux points de vente, ce sont des containers et des camions qui s’en occupent. Bon point pour la marque, en passant de l’iPhone 3G à l’iPhone 4, il y a eu une réduction de la taille de l’emballage. Ce qui signifie donc une plus grande quantité d’appareils par moyen de transport, et donc une amélioration dans le bilan carbone par unité. Quant aux coûts de transports, ils sont eux aussi amoindris. Le poids de la boîte iPhone 3G était ainsi de 156g et il est passé à 133g avec l’iPhone 4.


Regardons ensuite ce qui ressort de son utilisation. Le temps de charge de la batterie d’un iPhone 4 (qui est de 4 heures) est plus court que celui nécessaire à un téléphone portable classique (qui est de 4h30 en moyenne). Quant à son utilisation au long de sa vie, qui est d’une durée moyenne de trois ans, un iPhone consomme 45 kWh. Pour comparer, ce nombre équivaut à ce que consomme un sèche-cheveux pendant quatre ans lorsqu’il est utilisé une demi-heure par jour.


Et lorsqu’un iPhone a rendu l’âme, que devient-il ? Il n’existe malheureusement aucune donnée sur le recyclage des iPhone. Mais un autre problème se pose : les utilisateurs pensent-ils à rendre les appareils usagés ? Il y en aurait 52% qui le gardent à la maison et 32% qui le jettent contre seulement 16% qui choisissent le recyclage.


Alors, que nous dit le bilan carbone général ? Un téléphone portable classique émet en moyenne 19kg de CO2. L’iPhone, lui, émet plus du double, c’est-à-dire 45kg. Cependant, il faut se rendre compte que les émissions proviennent à 57% de la fabrication. Le reste est inclus dans son utilisation, les transports et aussi le recyclage. Et il faut admettre qu’Apple a quand même fait des progrès lorsqu’on sait que l’iPhone 3G émettait 55kg de CO2.



Source : GEO Magazine, n°393, nov. 2011.




Horizon-durable - Justine Grespan