Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

Allo, le cancer ?

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

Le 31 mai dernier, l’OMS  a reclassé le téléphone portable d' ‘’inclassable quant à sa cancérogénicité pour l’homme’’ à ‘’peut-être cancérigène pour l’homme’’.  Ce changement fait suite à une réunion organisée à Lyon la semaine précédente. L’indécision de l’OMS  quant à la cancérogénicité du téléphone portable est compréhensible car les recherches à ce sujet aboutissent  des résultats contradictoires et ambigus.

 



Alors, le téléphone portable, cancérigène ? Difficile de trancher en se basant sur des résultats scientifiques car les études à ce sujet se contredisent. La versatilité des conclusions est due tout d’abord à la nature même du modèle étudié. En effet, les expérimentations sur l’homme sont extrêmement limitées, voire inexistantes. Les chercheurs doivent laisser de côté les méthodes empiriques pour se tourner vers l’interprétation de données.

 

Les données collectées mettent en corrélation exposition aux ondes et apparition de cancers cérébraux. Cette exposition est mesurée par évaluation subjective du patient, à l’aide d’un questionnaire. De telles données sont inévitablement sujettes aux erreurs de mémoire ou de jugement des patients. A ceci s’ajoute d’autres obstacles : le biais induit par l’étude d’un trop petit nombre de patients, la difficulté de travail sur le long terme, l'impossibilité d’isoler le sujet des autres facteurs environnementaux, … C’est pourquoi il est nécessaire de remettre les résultats obtenus par ce genre d’études dans leur contexte. Bien qu’elles suggèrent un lien de corrélation entre expostion et développement de la maladie, aucune ne démontre concrètement que les micro-ondes produites par les appareils de télécommunication induisent le développement de cancer.

 

Certaines expériences ont quand même été effectuées, certaines sur animaux de laboratoire, d’autres sur des cellules humaines en culture. Mis à part quelques rares exceptions, les résutlats de ces études tendent à exclure le lien entre cancer et exposition aux micro-ondes produites par les appareils de télécommunication.

 

Par conséquent, malgré ce reclassement, il ne faut pas plonger dans la paranoia et se mettre à craindre son téléphone portable. Néanmoins, pour ceux qui préféreraient prendre leurs précautions, l’OMS recommande d'utiliser un kit main-libre et de privilégier  les sms aux appels.

 

 

Horizon-Durable - Claire Gabioud