Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

« Développement Soutenable » : Comment fait-on parler les morts?

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

En 2008, l'entreprise minière Los Pelambres a été l'une des gagnantes du Prix du Meilleur rapport de soutenabilité (« sustentabilidad Â») remis par Acción RSE, une ONG qui regroupe des entreprises travaillant pour la Responsabilité Sociale Entrepreneuriale et le développement durable au Chili.




Ces entreprises sont reconnues pour leur engagement avec «  les personnes et la planète pour créer les conditions pour le développement d'une société et d'un commerce prospères, justes, et soutenables Â». La responsabilité sociale et le développement soutenable sont dans toutes les bouches, et on ne peut que saluer la mise en valeur de sociétés comme Los Pelambres, alors que nous vivons dans un monde où la dignité des personnes semble passer après l'intérêt économique...




Caimanes est l'exemple d'une communauté qui a fait les frais du capitalisme. Située dans les Andes chilienne de la province du Choapa, depuis plus d'une dizaine d'années ses membres luttent contre une multinationale qui est présentée comme « la plus grande poubelle chimique d'Amérique Latine Â» Pour contenir les déchets que produisent ses activités, elle a construit un barrage de 240m de haut, qui comptent 12 bassins de décantation (bassins contenant une eau chargée de polluants). Les nappes phréatiques sont contaminées, la rivière asséchée, les cultures ruinées, les habitants malades... Est-ce que l'eau jaune qui sort du robinet serait liée?  Le Tribunal Suprême avait pourtant déclaré le site inadapté à l'implantation d'un tel barrage; zone sismique, sol friable et inadéquat pour contenir du plomb, de l'arsenic et d'autres métaux lourds, précipitations abondantes ... . Les habitants, pour rendre leur cause public, ont procédé à une grève de la faim de 81 jours l'année passée. Mais la presse a simplement tut l'action. Silence complice? Le hasard a fait qu'en même temps, 33 mineurs piégés dans les entrailles de la terre, occupaient toute l'attention médiatique.

La faiblesse du cadre légal chilien et la force économique de l'entreprise sont des facteurs qui paralysent une véritable justice. Comme dans une République bananière, l'État l'a exempté d'impôts, et en contrepartie, la multinationale n'oublie pas de s'acquitter de sa dette par, on imagine, un partage des bénéfices. Aussi, la société ne manque pas d'alimenter une image positive d'elle-même: versements de quelques 130 millions de pesos au Téléthon, consolidation du réseau wifi dans  la région, création d'emplois,... Des stratégies qui collent avec un développement soutenable.  Et ça marche;  en 2008, elle reçoit un prix par une ONG nommée Acción RSE , laquelle distingue la responsabilité sociale et environnementale des entreprises. Car j'ai oublié de le mentionner; la société contre laquelle les habitants de Caimanes luttent s'appelle Los Pelambres. 

Les membres de la communauté vivent à 8 km en dessous du barrage. Si le mur fragile qui contient une eau où, tous les jours, 1'800 tonnes de déchets sont déversés était amené à se briser, le village  andin serait enseveli dans les entrailles de la terre. Peut-être alors, comme les 33 mineurs dont l'image est aujourd'hui gérée par une société privée, la cause de ces 1600 personnes serait enfin rendue publique par la presse? Mais la presse sait-elle seulement faire parler les morts?


 Sources:
http://www.accionrse.cl/
http://www.youtube.com/watch?v=PeTk0slmeNY
http://blog.mondediplo.net/2011-01-25-Depuis-la-plus-grande-poubelle-chimique-d
http://www.youtube.com/watch?v=BIw51gQQeyA
http://www.direcmin.com/noticias/archivo-de-noticias/426-minera-los-pelambres-liderando-las-buenas-practicas-de-rse-en-la-industria



Horizon-durable - Marion Wessner