Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

la pollution lumineuse : un mal silencieux du modernisme

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

Le samedi 26 mars dernier, entre 20h30 et 21h30, le monde a observé comme chaque année avec plus ou moins de succès, l’appel « Une Heure Pour La Planète » (Earth Hour) en éteignant pendant une heure afin de lutter contre le dérèglement climatique et le gaspillage énergétique.



Malgré le débat toujours vif sur la pertinence de cet évènement initié par l’association WWF, c’est l’occasion de mettre l’accent sur la pollution lumineuse qui est assez peu évoquée car à priori peu néfaste comparativement au smog urbain, à la radioactivité et aux déchets de toute sorte.      


En effet cette surexposition à l’éclairage artificiel omniprésent, qui porte ombrage à l’obscurité normale et souhaitable de la nuit, a des conséquences non négligeables sur la santé humaine, la faune et  la flore. Des chercheurs canadiens ont établi une corrélation entre la pollution lumineuse et l’augmentation des cancers, confronté à cette pollution la végétation dégénère prématurément, les oiseaux migrateurs sont désorientés et les populations d’insectes nocturnes pollinisateurs sont décimées. Vu de l’espace le spectacle du gâchis énergétique est ahurissant.


            Pourtant, il suffirait de ne pas éclairer plus qu’il n’en faut, vivement que chacun prenne conscience de l’impact positif d’un geste si simple sur l’environnement et retienne l’évidence « 60 minutes de répit pour la planète, c’est tout bénéfice pour l’humanité ! ».



Horizon-durable -
 Alain