Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

Prise de conscience

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

Notre manière de vivre a des répercutions sur le futur.

marguerites

Notre manière de vivre a des répercutions sur le futur. Nous dévorons nos ressources sans même avoir une once de solidarité envers ceux qui n’y ont pas accès. Le développement durable est un projet axé principalement sur le long terme pour que les générations à venir aient les mêmes chances que nous. Pour ce faire, il faut contrôler nos habitudes énergivores.

En Suisse comme dans la plupart des pays occidentaux, l’empreinte écologique dépasse largement les ressources à disposition. « La Suisse consomme trois fois plus que la part de prestations environnementales et de ressources à laquelle elle a droit. »1 Pour remédier à ces exagérations, le mode de consommation doit changer, surtout au niveau énergétique qui représente la plus grande partie de notre empreinte écologique. En
Suisse, « la consommation annuelle par personne atteint plus de 31 000 kilowattheures, ce qui correspond à environ 3 700 litres d’essence. »2 Depuis 1995, l’étiquette écologique détermine la consommation d’énergie des électroménagers entre autres afin d’informer le consommateur lors d’un achat. Ainsi nous adaptons nos choix selon un simple rapport entre la qualité et le prix sur le long terme. L’homme se responsabilise dès qu’on lui donne accès à assez d’information simple et facilement réalisable.

Pour pallier au danger que guète les générations futures quant au manque de ressources, nous devons agir. Nous devons mieux agir pour leur laisser une chance aussi grande que la notre de s’épanouir dans un monde encore viable. Pour ce faire, il est nécessaire de limiter nos aspirations à un désir de solidarité et de respect envers notre prochain au lieu de consommer de manière égoïste. Les constats sur la situation en Suisse concernant la préservation du capital sont plus ou moins inquiétants. On peut voir que la dette publique
augmente. Elle représentait, en 2008, 223 milliards de francs.3

Les aspirations sous formes de représentations sociales doivent changer vers un mode de vie plus sain, plus durable. C’est à travers des politiques comme celle du pollueur-payeur que le monde s’améliore.4 Mais il est difficile de conjuguer croissance économique et croissance éthique dans ce monde capitaliste. Le monde est trop souvent observé selon une vision hiérarchique où l’économie serait en tête. Pour lutter contre ce monopole du profit, le monde devrait plutôt s’axer autour d’une vision organique dont les différents
secteurs s’autoréguleraient dans un système holistique. L’environnement serait le tout autour duquel il faudrait allier adaptation, consommation et survie à long terme.


Horizon-Durable - Laura Raimundo


Sources:

1 OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE, Quelle est l'influence des flux financiers et de ressources? - Empreinte écologique, http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/21/02/ind32.indicator.71607.90601.html.

2 OFFICE FÉDÉRAL DE LA STATISTIQUE, Le développement durable en bref 2010, [en ligne], 2010, http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/21/22/publ.Document.138494.pdf

3 Ibid., p.13

4 WIKIPÉDIA, Principe pollueur-payeur, [en ligne], 2011, http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_pollueur-payeur

Poster un commentaire

Nom
commentaire