Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

La brique de terre cuite.

Il y a plus d'un anpar Horizon-Durable

Pourquoi la brique de terre cuite ?

Utilisé par l’homme depuis des millénaires pour s’abriter et se protéger, la terre cuite dispose de propriétés physiques naturelles remarquables. Les industriels de la branche ont su l’adapter pour en faire un matériau de construction moderne répondant aux normes constructives les plus strictes d’aujourd’hui.


Pourquoi fait-il bon vivre dans une maison en terre cuite ?

Une des raisons principales s’appelle « l’inertie thermique ». Ce phénomène est lié directement à la densité volumique élevée et à la faible conductivité thermique du matériau. C’est la conjugaison de ces deux caractéristiques qui permet à un mur en terre cuite d’absorber puis de restituer la chaleur ou au contraire, de garder la fraîcheur. Il en résulte une température intérieure agréable en toutes saisons. En hiver, la sensation de paroi froide n’existe pas.

 

 La protection contre le bruit est un critère important pour évaluer la qualité d’une habitation. Les parois massives en briques sont très performantes à cet endroit. A titre de comparaison, le bruit du trafic oscille entre 70 et 80 décibels (dB). Selon la norme SIA 181, une atténuation des bruits aériens de 52 dB est nécessaire à l’intérieur. Cette exigence est déjà dépassée avec une maçonnerie phonique « Ecosil » de 17,5 cm d’épaisseur crépie sur les deux faces. Ce niveau de protection phonique est également appréciable pour des constructions multi-logements.


Le taux d’humidité contenue dans l’atmosphère intérieure d’une maison jour un rôle déterminant pour la sensation de bien-être. De même que de s’enfiler dans des draps ou des habits humides, vivre dans une maison humide procure une sensation désagréable. De plus, l’humidité stagnante est source de formation de moisissure et de champignons inesthétiques et nocifs pour la santé.

Comme une éponge, la porosité de la terre cuite accumule la vapeur d’eau dégagée par les occupants et leurs activités. L’humidité transite par les murs vers l’air sec de l’extérieur ou vers l’intérieur si le taux d’humidité redescend en dessous du seuil d’équilibre. Ce faisant, un mur en terre cuite fonctionne comme un véritable régulateur hygrométrique et contribue efficacement à la bonne qualité de l’air intérieur.



N’importe quel bâtiment est exposé au risque d’incendie. Sur ce point, il n’existe pas de matériau plus performant que la terre cuite. A titre d’exemple, un mur en briques d’une épaisseur de 17,5 cm crépi des deux côtés résiste au feu pendant 3 heures au minimum ce qui correspond à l’exigence la plus élevée de la norme SIA en matière de protection incendie (SIA 266, indice R 180). Le comportement de la brique est tel qu’elle est souvent utilisée pour la construction de murs coupe-feu. Cet aspect sécuritaire éprouvé est garant d’une protection inégalée des habitants et de leurs biens.

 


Une maison en terre cuite, c’est du solide. Une seule brique résiste à une charge de plus de 200 tonnes soit l’équivalent de 10 wagons CFF. D’autre part, la stabilité physique de la terre cuite est quasiment inaltérable, d’où la longévité des constructions en briques. En outre, ce matériau est insensible aux intempéries, aux rongeurs et aux produits chimiques. En cas d’inondation, un mur en brique conserve après séchage, toutes ses propriétés initiales (thermique, hygrométrique, phonique et mécanique). C’est grâce à ces différentes caractéristiques qu’une maison en terre cuite se maintient longtemps en bon état et par conséquent garde sa valeur marchande, critère fondamental pour réaliser un investissement rentable.


Constituée essentiellement d’argile, la brique de terre cuite ne contient ni fibres, ni de particules ni aucun COV (Composé Organique Volatil), elle est neutre, parfaitement inoffensive pour les habitants. En outre, elle offre une protection efficace contre le radon (gaz radioactif provenant du sol) et l’électrosmog (émission les hautes fréquences par la téléphonie mobile)

 

 


La matière première de la brique, l’argile est largement disponible en Suisse et donc proche des lieux de production. Son extraction n’est pas énergivore du fait des gisements à ciel ouvert. Produite et livrée sur les chantiers en Suisse romande, son acheminement n’engendre pas de longs transports. La quantité d’énergie nécessaire au processus de cuisson a été considérablement réduite ces dernières années grâce à l’émergence de nouvelles technologies. En fin d’exploitation, les carrières sont restituées à la nature sous forme de biotopes ou de terrains agricoles. Ne contenant pas d’élément polluant, elle est facilement recyclable (sentiers forestiers, toits végétalisés, pépiniéristes, courts de tennis etc.)


Le lissage des chocs thermiques obtenus par l’inertie thermique des murs massifs en terre cuite représente par rapport à une paroi légère une réduction du besoin énergétique de 5 KWh/m² pour une consommation annuelle de 75 KWh/m² (méthode be450) soit une économie se situant entre 5 et 10 % des frais de chauffage ou de climatisation.
Particulièrement résistant au vieillissement et peu sensible aux dégâts dus aux intempéries, un mur en brique ne risque pas, pour autant que la mise en œuvre et la statique de la construction soient respectées, de subir de dégradation structurelle pouvant générer des frais aussi importants qu’imprévus.
Le coût inhérent à la fourniture des briques ne dépasse généralement pas 2 à 3% du budget global de la construction ce qui fait de la terre cuite un matériau dont le rapport qualité/prix est particulièrement compétitif.


Vers un avenir florissant dans un environnement de terre cuite

Les plantes prospèrent dans les pots en terre cuite et ce, depuis l’époque à laquelle les hommes ont commencé à découvrir les avantages de la terre cuite. La sagesse antique dit aussi que ce qui profite à la nature profite aussi à l’homme.
Les habitations en briques offrent les meilleures conditions pour un climat intérieur sain. Qu’elle soit visible ou crépie, la brique rayonne d’une atmosphère bénéfique. A part les propriétés climatiques de ce matériau, son aspect familier et naturel plaît, c’est probablement pour cette raison qu’il jouit d’un tel capital sympathie élevé auprès de la population.
Pensons entre autres à un savoureux mets cuit dans un « römertop », à l’eau fraîche qui vient d’une cruche en terre ou au vin qui coule d’un pichet prolongeant si agréablement nos soirées. C’est sans doute la meilleure preuve que la beauté et l’aspect naturel de la terre cuite nous séduisent depuis longtemps !

Et vous, quand allez vous vous offrir un tel environnement ?


Morandi Frères S.A.
Raymond Girardier
Directeur commercial et marketing


www.morandi.ch


Lien utiles:

Pedro Ferreira: Entreprise générale de maçonnerie sur Genève