Horizon-Durable.ch

Facebook Twitter 

Un hôpital syrien sauve des vies grâce à l’énergie solaire

Il y a plus d'un anpar Horizon-durable.ch

Un technicien contrôle des panneaux solaires Norsol à Villaldemiro dans le nord de l’Espagne, le 10 février 2015
© AFP/Archives CESAR MANSO

Beyrouth (AFP)

 

Un hôpital situé en zone rebelle dans le nord de la Syrie va bénéficier de l’électricité en continu pour la première fois depuis des années grâce à l’installation de panneaux solaires, à l’initiative d’une ONG française.

Du fait des bombardements ou des pénuries de carburant utilisé pour les générateurs, les hôpitaux situés dans les territoires contrôlés par les groupes rebelles font face à des coupures d’électricité qui peuvent s’avérer fatales.

L’Union des organisateurs de secours et soins médicaux (UOSSM), une ONG qui intervient en Syrie, espère palier ce problème grâce à 480 panneaux solaires installés depuis décembre dans un hôpital dont l’UOSSM n’a pas souhaité divulguer l’emplacement par crainte qu’il soit bombardé.

Cette installation est en entrée en fonction cette semaine.

« Nous avons voulu mettre en place un système fonctionnant à l’énergie solaire, qui puisse fournir de l’énergie propre, fiable et peu chère aux hôpitaux syriens », a expliqué Tarek Makdissi, qui dirige le projet au sein de l’association.

 

« Les patients dans les hôpitaux ne devraient plus jamais pâtir de coupures de courant », a-t-il dit.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère la Syrie comme l’endroit le plus dangereux au monde pour les personnels médicaux. Des centaines d’infrastructures de santé ont été détruites dans le conflit qui a fait plus de 320.000 morts en six ans.

Le mois dernier, par exemple, des bombardements ont mis hors service sept hôpitaux et cliniques dans la province d’Idleb (nord), contrôlée par les groupes opposés au régime, selon des personnels médicaux.

Selon l’UOSSM, les panneaux permettront à l’hôpital concerné d’économiser plus de 7.000 litres de diesel chaque mois, ce qui équivaut à environ 20 à 30% de ses coûts énergétiques.

Entre 700 et 800 patients devraient bénéficier de cette source d’électricité.

 

Celle-ci devrait notamment être très utile à des services sensibles comme les soins néonatals, les soins intensifs et les urgences, selon Chadi Alchahadeh, directeur de la branche suisse de l’UOSSM.

Le personnel de l’hôpital a pour la première fois eu l’idée d’installer des panneaux solaires en 2014.

« Quand j’ai entendu l’idée pour la première fois, je pensais que ces gens étaient fous. Ils vivent sous les bombes et ils pensent à consommer de l’énergie renouvelable? », a-t-il dit à l’AFP.

« Mais (…) cela va permettre à tous les services sensibles de continuer à fonctionner s’il y a des bombardements près de l’hôpital ou s’il y a des coupures d’électricité », a-t-il dit.

L’association cherche à présent à réunir environ 1,5 million de dollars pour financer des panneaux solaires pour cinq autres hôpitaux en zone rebelle.

 

© AFP

Source : fedre.org

Poster un commentaire

Nom
commentaire